E-commerce : les Français ont dépensé 129 milliards d’euros sur internet en 2021

Les Français n’ont jamais autant fait leurs emplettes sur le web. C’est en tout cas ce qui ressort du dernier bilan de la Fédération française du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD). Chronique d’une année record !

E-commerce français : cartographie d’une performance inédite

En France, comme partout dans le monde, le e-commerce bat chaque année ses propres records. Si la tendance était bien amorcée depuis plus d’une décennie, la parenthèse pandémique a indubitablement donné un coup d’accélérateur à l’achat en ligne, lui faisant gagner plusieurs années de croissance. Désormais, le e-commerce connaît un taux de croissance annuel à deux chiffres dans l’écrasante majorité des pays de l’OCDE. Bien entendu, la France ne fait pas exception à cette dynamique.

C’est la principale conclusion que l’on peut tirer du rapport annuel de la Fédération française du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD). La mouture 2022 de l’enquête nous fournit une cartographie complète du e-commerce français. Voici une synthèse des chiffres clés :

  • En 2021, les Français ont dépensé plus de 129 milliards d’euros, soit une hausse de 15,1 % en une année ;
  • C’est le secteur des services en ligne qui catalyse la croissance, progressant de plus de 24 % en un an. La vente de biens en ligne connaît une croissance moins marquée (+ 7 %) ;
  • Le digital accapare désormais 14,1 % du commerce français, contre 13,4 % en 2020 ;
  • Le nombre de sites web e-commerce proposant des biens et des services en ligne a progressé de 11 % en un an ;
  • L’année 2021 a connu plus de 2 milliards de transactions en ligne, un record absolu.
A lire :  En savoir plus sur le zinc

Quels sont les segments qui ont tiré leur épingle du jeu en 2021 ?

Dans le détail, c’est le segment « Transport, Tourisme et Loisirs » qui surperforme, avec une hausse de 44 % par rapport à 2020. Malgré cette reprise fulgurante, le secteur reste toujours en deçà de son niveau pré-pandémie (- 16 %). Le segment « Mobilier et Décoration » occupe la deuxième place, progressant de 18 %. Enfin, la catégorie « Habillement et Mode » ferme le podium avec une croissance de + 6 % en une année.

L’année 2021 a également été marquée par la maturation de certains marchés de niche. Dans le B2B, les plateformes en ligne proposant des services aux entreprises ont connu un certain engouement dans un contexte de pénurie des talents et de flexibilisation des effectifs. Il s’agit notamment des plateformes collaboratives proposant des services de vente (téléconseillers, SDR, ingénierie avant-vente, prospection, Cold Calling, etc.) et marketing (création de contenus, webdesign, Growth Hacking, SEO, etc.).

Du côté du B2C, le marché des disques Vinyl a poursuivi sa renaissance, puisqu’un album musical sur trois est désormais commercialisé dans ce support. Le marché des produits à base de cannabidiol ou CBD, molécule non psychotrope et non addictive fraîchement autorisée à la vente en France, a connu une belle progression. En effet, le nombre de boutiques en ligne proposant des produits à base de CBD est passé de 400 en 2020 à plus de 2 000 en 2021, soit une hausse de 500 % (selon le média LSA Conso). Pour maximiser leurs débouchés, les acteurs du marché comme Pro 4 You CBD ont misé sur la diversification des produits et sur une stratégie de communication orientée vers l’information et la pédagogie pour lever les idées reçues sur le CBD.

A lire :  La prise murale hdmi : la prise qu’il vous manquait !

Le mobile poursuit sa percée dans le e-commerce

Selon un autre rapport de la Fevad, plus de 22 % du chiffre d’affaires des sites e-commerce provient d’achats réalisés sur mobile. Ce pourcentage monte à 35 % pour les sites leaders de la vente en ligne en France. Il faut dire que 95,7 % des Français âgés de 16 à 64 ans disposent d’un smartphone.

Enfin, selon un sondage réalisé par Dynamic Yield, trois consommateurs sur quatre effectuent des achats en ligne via leurs appareils mobiles « pour gagner du temps », mais 90 % d’entre eux estiment que leur expérience e-commerce sur mobile « pourrait être meilleure », épinglant notamment le manque de lisibilité des textes et les problèmes de sécurité.

Laisser un commentaire

Portail Economie