Le gouverneur de la BNS garde le cap !

💸 Peut-on trader les actions sans frais ? 🤔

La réponse est... OUI ! Avec eToro, on ne paye aucun frais de transaction sur l'achat et la vente d'actions (du monde entier). Le trading d'actions n'a jamais été aussi simple et ouvert à tous. L'inscription est rapide et gratuite.

Je veux en savoir plus

Certains espéraient peut-être une modification du ton de la Banque Nationale Suisse, que neni, Thomas Jordan n’en démord pas et garde le cap fixé depuis près de 18 mois. Malgré la baisse récente du franc suisse face à l’euro sur le marché des changes (cours du 20/05/13 à 1.2450 chf), le chef de la politique monétaire souhaite conserver le taux plancher de 1.20 chf contre 1 euro fixé en septembre 2001.

« Dans un environnement incertains » selon ses propres mots, le gouverneur considère que ce plancher protège face à un possible retour de la crise entraînant un nouvel attrait de la communauté financière pour le franc suisse. Le caractère de valeur refuge du franc suisse se fait toujours sentir pour certains et disparait selon d’autres. Quoi qu’il en soit, la plus haute autorité monétaire suisse a fait son choix, un choix qui lui évitera peut-être de mauvaises surprises.

En parlant d’anciennes (ou pas) valeurs refuges, les investisseurs semblent les avoir délaissés depuis quelques temps comme le montre le plongeon de l’or cette année (près de 20% de baisse) qui prouve aujourd’hui d’ailleurs une nouvelle fois le désamour des investisseurs, l’or s’est depuis le début de journée repris, mais a réussi à afficher 8 séances consécutives de repli, un record depuis 2009 ! Inutile sans doute de parler de l’once d’argent, toujours plus volatile que l’or qui affiche depuis le 1er janvier un recul de plus de 24% !

Ou sont donc les investisseurs ?

Ce sont désormais sur les marchés actions que sont les bullishs, les bourses touchent des plus hauts pour le plus grand bonheur des boursicoteurs, « les 4 000 points enfin », vous l’avez sans doute également entendu ce week end lord du repas familial… Alors fini les devises et bonjour la bourse ? Pas sûr que ce soit le choix des financiers qui gardent sans aucun doute un œil sur les taux de change et un œil certainement particulièrement intéressé du coté du yen qui semble avoir fait « le choix du sud en 2013 »…

A lire :  Trading social : le meilleur moyen de démarrer en bourse

Fiesta pour les 4 000 points ?

Laisser un commentaire

Portail Economie